“Et ici, je m’arrête, ne trouvant plus ni fin, ni commencement, ni comparaison qui puissent justifier les paroles, j’abandonne le thème à ceux qui le vivent: si pure pensée blesserait la langue de qui voulut en parler. “

Hadewijch II (anonyme)

– chant premier