cendres

 

Le drame de ce siècle impersonnel est qu´il produit en masse et de manière indifférente quantité de formes orphelines, d´imprégnations dérivées de ce productivisme aveugle et effréné et que — insensibles à la dimension invisible de la gratuité procédant à toute œuvre créatrice—, des familles tournées sur elles-mêmes, sécurisent par leur biais, l’édifice qui les clouera —du berceau au linceul.

 

 

Laisser un commentaire